Malik Nejmi

La traversée, 2005 / El Maghreb, série Ba oui Salam
Lambda print
100x100 cm
Courtesy de l’artiste

_

Malik Nejmi, d’origine franco-­­marocaine (né à Orléans en 1973), scrute l’histoire familiale sur fond d’histoire collective. Après un premier reportage photographique au Bénin en 1999, Malik Nejmi découvre et forge ce qui deviendra, au sein d’une extrême variété de formes et de techniques, l’axe de son travail : une inspiration documentaire et ethnologique qui traque les différences (les diversités) autant celles qui se dévoilent à l’intérieur d’une même culture, d’un même pays, que celles qu’éprouve le vaste peuple des migrations, différences toutes vécues avec des fortunes changeantes, des douleurs, des joies, des rejets … des exclusions. L’ensemble de son œuvre se compose en deux parties: l’une engagée, prendra souvent la forme de petits récits documentaires ou l’investigation ethnologique (en Afrique surtout) lui permet d’élargir le creuset artistique et la reconquête d’un territoire lié à son enfance. L’autre, plus vaste et omniprésente, s’attache à renouer avec le Maroc, pays que son père à quitté pour rejoindre la France. Par le truchement de la photographie, Malik Nejmi use des codes de transmission familiers pour composer un ensemble narratif qui dépasse le simple cadre des souvenirs d’enfance, et modifie la perception nostalgique d’un regard sur l’histoire de l’immigration. De son travail surgit alors un entre-­­deux territoires qui ne donne pas son nom, fantomatique, en suspens, un territoire de l’âme dit-­­il, où il est question de tendre un fil entre deux pays, entre deux générations. A cet égard, il se situe dans la veine des artistes qui dialoguent avec la Méditerranée, qui écoutent et tentent de traduire les échos d’un monde en mouvement, en perpétuelle migration. En quête de cet espace permanent, l’œuvre de Malik est souvent aussi fantasmée. L’imaginaire social qui s’est construit entre la France des années 70-­80 et le Maroc postcolonial, lui offre un motif de travail qu’il ne cesse d’explorer: le renoncement du père à revenir au Maroc devient la source de son questionnement. Ainsi, il aime croiser les « destinées polimorphes » de ceux qui, en quête d’espoir migrent vers l’Europe, comme celles des enfants d’immigrés qui, en quête d’amour, essaye de revenir vers l’Afrique, vers le Maghreb …

More from this artist:

SPEND

Les morts ne sont pas morts

New Africa

New Africa

Les morts ne sont pas morts