Les Mains Noires

M’barek Bouhchichi

1st Apr - 31st May 2016

Que veut dire être noir au Maroc aujourd’hui? Et qu’est-ce que cela a voulu dire par le passé? Au cours d’un voyage dans le temps et dans l’espace, M’barek Bouhchichi observe le silence chargé d’histoire des paysages de Tamegroute où, près d’une importante zaouïa, des artisans noirs façonnent des poteries vertes. Il tente pour la première fois, dans sa méthode et dans la forme que prend son travail, d’affronter directement la blessure d’être noir au Maroc aujourd’hui. Il mène une enquête sur la ségrégation des espaces et la division du travail, sur la domination économique et la violence du langage. En étudiant les tombes il demande aux morts des clés pour comprendre l’histoire et interrompre des logiques sociales perpétuées au présent. Ce faisant, il s’interroge sur le travail manuel la main de l’artisan, la main de l’artiste et leurs fonctions respectives. Il cherche à créer avec les artisans un rapport autre que celui du service ou de la domination, un rapport fondé sur le temps passé ensemble plutôt que sur l’objet à produire. L’artiste n’est que le témoin participant d’un travail collectif qui fait oeuvre par sa durée, sa résistance à l’érosion du temps. A l’aide de matériaux rudimentaires et de procédés archaïques, M’barek Bouhchichi présente un ensemble inédit de dessins, de sculptures et de gravures dans une installation qui nous emmène derrière les montagnes, vers un carrefour de civilisations auquel le Maroc moderne a choisi de tourner le dos.